Comment devenir maître-chien ?

  L'intitulé de maître-chien recouvre une multitude de réalités (maître-chien de sécurité, de sauvetage en mer ou en montagne, de détection etc.). Le statut du maître-chien est lui aussi variable en fonction des activités effectuées et des choix professionnels du candidat (bénévole, agent de sécurité, agent des douanes, policier, gendarme, militaire).


Le maître-chien de sécurité (conducteur cynophile ou agent conducteur de chien), peut exercer ses activités pour la gendarmerie, la police municipale ou nationale, l'armée de terre ou des sociétés de sécurité privée.

Aucun diplôme n'est exigé à l'heure actuelle pour exercer en tant que maître-chien dans le privé si vous pouvez prouver que aviez au moins un an d'ancienneté dans ce domaine au 6 septembre 2005. Mais pour les débutants, les SSIAP (Service de Sécurité Icendie et Assistance aux Personnes, anciennement ERP-IGH) ou le CAP (Certificat d'Aptitude Professionnelle) Agent de Prévention et de Sécurité, offrent la formation de base légalement indispensable à l'exercice des métiers de la sécurité privée et permettent de faire reconnaître vos compétences en ouvrant accès à un certificat pratique d'agent cynophile (il faut pour ça posséder son propre chien).

Pour devenir maître-chien de sécurité publique, en revanche, il faut d'abord intégrer l'administration dans laquelle vous souhaitez exercer (engagement dans l'armée de terre, concours de la gendarmerie ou de la police), puis suivre un parcours de formation généraliste avant de demander une affectation dans un département cynotechnique. Vous devrez alors suivre une formation initiale de spécialisation débouchant sur l'obtention d'un Certificat Professionnel de conducteur de chien (armée), un Certificat d'Aptitude à l'emploi de maître-chien (gendarmerie) ou un Brevet de maître-chien (police).


Le maître-chien de recherches de personnes disparues (pistage) peut dans de très rares cas exercer ses activités bénévolement, en aide aux administrations (police, gendarmerie). Il doit alors être titulaire d'un brevet de 'pistage et recherche utilitaire', discipline sportive canine gérée par la SCC, mais il faut savoir que les administrations font très rarement appel au bénévolat.

Le maître-chien de recherches de personnes disparues est donc plus souvent amené à exercer pour le compte de la gendarmerie ou de l'armée de Terre. Il n'existe pas de recrutement ou concours spécifique pour devenir maître-chien dans les administrations. Le parcours est donc toujours identique : intégration de l'administration, puis demande de formation et d'affectation dans un département cynotechnique (cf. paragraphe précédent 'maître-chien de sécurité').


Le maître-chien de secours aquatiques exerce ses activités au titre du bénévolat. Pour devenir maître-chien de sauvetage aquatique, le mieux est de s'adresser à la Fédération Nationale des Maîtres-Chiens Sauveteurs Aquatiques FNMCSA. Cette Association Loi 1901 fédère plusieurs écoles en France. Sa mission est de former des équipes cynophiles de sauvetage aquatique pour les mettre à disposition des structures de secours officielles (municipalités, sapeurs pompiers, Société Nationale de Secours en Mer), de façon ponctuelle ou permanente.

Pour pouvoir exercer, le maître doit d'abord obtenir les habilitations et diplômes suivants (préparation par les centres de formation de la FNMCSA) :

- Attestation de Formation aux Premiers Secours (A.F.P.S.),
- Premier Secours en Equipe de niveau 1 (PSE 1), anciennement A.F.C.P.S.A.M., qui donne le titre de Secouriste
- Premier Secours en Equipe de niveau 2 (PSE 2), anciennement C.F.A.P.S.E., qui donne le titre d'Equipier Secouriste
- attestation de formation au Défibrillateur Semi Automatique (D.S.A.),
- Monitorat de secourisme,
- Brevet National de Sécurité et de Sauvetage Aquatique (B.N.S.S.A.),
- Permis bateau,

- Certificat Restreint de Radiotéléphoniste (CRR)
,                                                                                                                              - Amarinage                                                                                                                          - Secourisme canin

Une formation obligatoire du couple chien-maître avec travail à terre et travail à l'eau est ensuite obligatoire. Cette dernière donne lieu à une attestation de stage et peut être sanctionnée par un Brevet Fédéral si l'équipe a passé avec succès des épreuves officielles de sauvetage aquatique.


Le maître-chien d'avalanche exerce lui aussi bénévolement ses activités, mais ces dernières relèvent en fait d'un complément de formation volontaire de professionnels de la montagne (secouristes, skimen, gardiens de refuge, moniteurs de ski, certains corps de sapeurs pompiers, gendarmerie, armée).

La gendarmerie et la police nationale ont leurs propres formations (certificat d'aptitude à l'emploi de maître-chien pour la gendarmerie et brevet de maître-chien pour les CRS). Pour être maître-chien au sein d'une de ces deux administrations, il faut d'abord passer le concours d'entrée à l'école de police ou de gendarmerie, puis demander ensuite une affectation dans une brigade cynotechnique.


Si vous souhaitez par contre exercer dans la sécurité civile, vous devez obtenir un Brevet National de Maître-Chien d’Avalanches (BNMCA), délivré par la Direction de la Défense et de la Sécurité Civiles (Ministère de l’Intérieur). Seule l'ANENA est habilitée à délivrer ce Brevet, valable pour un seul binôme chien-maître indissociable. Chaque année, 5 séances d'entraînement obligatoires ont lieu sur convocation de la préfecture : à l'issue de ces séances, les équipes sont maintenues ou non sur la liste départementale des équipes opérationnelles.

Pour candidater au Brevet, il est impératif d'être majeur, d'avoir le Brevet National de Premiers Secours (BNPS) ou un diplôme équivalent et d'être reconnu physiquement apte à la pratique de la montagne (SIGYCOP). Le chien, quant à lui, doit avoir entre 1 et 4 ans, être de sexe mâle, tatoué, à jour de tous ses vaccins et reconnu médicalement apte par un vétérinaire.


Le maître-chien de recherches en décombres (ou chien de catastrophes) peut exercer ses activités dans le cadre du bénévolat ou dans un cadre professionnel.

Dans un cadre non professionnel, il existe deux possibilités de devenir maître-chien de décombres :

Vous pouvez, soit intégrer une Organisation Non Gouvernementale (ONG), comme le PUI (Pompiers de l'Urgence Internationale), PSF (Pompiers Sans Frontières), l'UFIC (Unité Française d'Intervention en Catastrophes), le COSI (COmité de Secours Internationaux), ou ULIS (Unité Légère d'Intervention et de Secours); soit vous engager comme sapeur pompier volontaire et demander ensuite à votre hiérarchie une affectation dans l'équipe cynotechnique de votre département (attention, tous les departements de France n'ont pas de brigade cynotechnique).

 Pour exercer dans un cadre professionnel, vous avez, là aussi, deux solutions :


 Vous pouvez passer le concours de sapeur pompier professionnel, puis effectuer ensuite la même démarche que pour un sapeur pompier volontaire. Vous pouvez aussi vous engager dans l'armée (Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris, Bataillon des Marins Pompiers de Marseille ou Unité d'Intervention et d'Instruction de la Sécurité Civile) et demander ensuite à intégrer une de ses équipes cynotechniques.  Le chien doit avoir moins de 24 mois au moment de son intégration dans l'équipe. Selon les départements, le chien vous est fourni (il reste donc officiellement la propriété de l'armée) ou vous devez vous-même en faire l'acquisition en suivant les directives (race, élevage) de votre hiérarchie.


Dans tous les cas de figure, l'obtention d'un Brevet de recherches en décombres et de personnes égarées sera nécessaire pour être déclaré opérationnel.

 


Le maître-chien de détection de stupéfiants exerce pour les services de police ou les services douaniers.

Pour les douanes, le maître-chien doit d'abord passer le concours d'agent de constation des douanes (concours catégorie C), puis intégrer ensuite un département 'surveillance', avec formation à l'appui. Le chien est fourni par l'administration et reste donc la propriétés des douanes, mais sa garde, y compris en dehors des heures de service, est confiée à son conducteur (contrairement aux chiens de police ou de gendarmerie, qui dans la majorité des cas dort dans un chenil appartenant à l'administration). 

Pour la police, il faut là aussi passer un concours, celui de la police nationale (gardien de la paix ou officier), puis demander par la suite à intégrer une brigade canine dans la spécialité 'olfaction'. La formation est ensuite assurée par ce le Centre National de Formation d'Unités Cynotechniques.


 Le maître-chien de détection d'explosifs travaille comme agent des douanes, gendarme ou militaire (engagés volontaires dans l'armée de terre).

Pour exercer en douanes, le parcours est le même que pour le maître-chien de recherches de drogues, avec spécialisation 'explosifs'. Le conducteur dispose d'un véhicule aménagé afin d'emmener son équipier canin partout avec lui. Le chien reste la propriété de l'administration douanière, mais lorsqu'arrive pour l'animal l'heure de la retraite, les douanes le cèdent en principe à son conducteur.

Dans l'armée de terre, l'intégration d'un département cynotechnique repose sur le volontariat des engagés, qu'ils soient officiers ou simples soldats. Les voies d'accès sont les mêmes que pour toutes les spécialisations cynotechniques de l'armée (cf. paragraphe 'le maître-chien de sécurité').

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site