Créer un site gratuitement Close

Les chiens au service de l'homme

Deschiensetdeshommes soutient l'association ULIS (Unité Légère d'Intervention et de Secours). Cette association Loi 1901 à vocation humanitaire intervient partout dans le monde pour porter secours aux victimes de catastrophes naturelles (tsunami, tremblements de terre, ouragan etc.). Les maîtres-chiens de l'association ULIS, des hommes et des femmes pour la plupart pompier professionnel, assistent les autorités nationales et locales dans la recherche de personnes ensevelies. Ces bénévoles et leurs chiens de décombres effectuent depuis de nombreuses années un travail remarquable salué par la presse et plusieurs gouvernements dans le monde. Mais tout cela a un coût : ils doivent acheter du matériel, financer leurs déplacements et soigner leurs chiens. Pour les aider, vous pouvez envoyer vos dons à :

ULIS 
1779 chemin des Iscles
06700 St Laurent du Var - FRANCE

http://www.ulisfrance.fr/


Les différents métiers du chien :

Chien de décombres

 

Le travail du chien de décombres est comparable à celui du chien d'avalanche. Il a pour fonction la recherche de personnes ensevelies lors de catastrophes naturelles : tempêtes, inondations, tremblements de terre, incendies, éboulements de terrain etc. Suivi par son maître, le chien de décombres évolue au milieu même des débris d'habitations, passant parfois dans des interstices où l'homme ne peut aller. Lorsqu'il flaire la présence d'une victime humaine ou animale sous ses pattes, le chien de décombres alerte son maître en grattant le sol et en aboyant. Il laisse ensuite la place aux sauveteurs humains. Le travail du chien de décombres est particulièrement délicat et il arrive parfois que ces secouristes canins périssent dans l'exercice de ce dangereux métier, soit qu'ils soient morts d'épuisement pour n'avoir pas voulu abandonner la quête de survivants (ça s'est vu!), soit qu'ils aient été à leur tour ensevelis sous les décombres, soit qu'ils se soient gravement blessés (souvent au ventre ou aux pattes) au cours de leurs recherches. Les races les plus utilisées dans ce domaine à l'heure actuelle sont le berger allemand et le malinois, mais la profession n'est pas 'fermée'. Pour l'anecdote, Patrick Villardry, maître-chien reconnu dans de nombreux domaines et Président fondateur de l'association ULIS, fut le premier à entraîner et à utiliser des pitbulls comme chien de décombres. S'il est peu connu en France, le nom de Nelson, porté par un magnifique pitbull bringé, est respecté en Inde et en Thaïlande, où ce chien a sauvé des vies humaines.

Chien d'avalanche

Contrairement à ce que pourrait nous faire croire l'image d'Epinal du Saint Bernard avec son tonnelet de rhum autour du cou, les chiens de montagne sont très peu utilisés comme chien d'avalanche, appelé encore chien de secours en montagne. Les secouristes de montagne leur préfère des races plus légères, qui s'enfoncent moins dans la neige et évoluent donc plus facilement. Le rôle du chien d'avalanche est identique à celui du chien de décombres : il doit repérer les victimes ensevelies sous la neige et alerter les secouristes afin que ces dernières puissent être dégagées. Les races les plus utilisées sont le berger allemand et le malinois, le labrador et le berger blanc suisse. Plus récemment, les professionnels des secours en montagne s'essayent au golden retriever. En France, il existe un brevet national de chien d'avalanche qui permet à l'équipe chien-maître d'exercer.

Chien de recherche de personnes disparues

Lors d'enlèvements d'enfants, les journaux télévisés montrent fréquemment des gendarmes avançant derrière un chien en longe, truffe au ras du sol. Ce chien est un limier, appelé encore chien pisteur, car il a été spécialement dressé à suivre une piste humaine. Sur les lieux supposés d'une disparition, le maître-chien présente à son animal un vêtement ayant appartenu à la personne portée disparue et le chien doit alors utiliser son flair (piste au sol) pour suivre les déplacements de la personne. Si le travail du chien n'aboutit pas toujours à retrouver la personne disparue, il aide bien souvent les autorités à se faire une idée du scénario de la disparition. Dans la célèbre affaire Turquin, par exemple, ce sont les chiens pisteurs qui ont conduit les enquêteurs à s'intéresser au père du garçonnet disparu. Conduits dans la chambre de l'enfant, les chiens ont en effet inlassablement refait le même trajet du lit au jardin, où était habituellement garée la voiture du vétérinaire niçois. Aucun des chiens n'a jamais dépassé le portail de la propriété, ce qui a convaincu les enquêteurs que l'enfant avait été emmené en voiture, une voiture non pas garée à l'extérieur de la propriété mais bien à l'intérieur. Les bergers allemands et les bergers belges malinois détiennent le monopole de cette profession canine.

Chien de sauvetage en mer

Les chiens de sauvetage en mer ont pour fonction première d'assister le plongeur-secouriste dans ses missions de sauvetage. Contrairement à l'idée qu'on s'en fait souvent, le chien ne 'ramène' pas directement la victime sur le rivage ou jusqu'au canot de sauvetage, mais il tracte son maître pendant que ce dernier s'occupe, lui, de soutenir physiquement la victime de noyade. Equipé d'un harnais, le chien de sauvetage en mer nage à côté de son maître jusqu'à la victime, puis fait demi-tour vers l'embarcation ou le rivage. Le sauveteur s'accroche alors à son harnais d'une main, tandis que de l'autre il maintient le visage de la victime hors de l'eau. Si quelques landseers s'essaient à cet exercice avec succès, le terre-neuve reste le roi de cette profession canine. Sa réceptivité au dressage, son poil imperméable et sa force hérculéenne lui permettent de rester très longtemps dans l'eau et de tracter sans aucun problème les hommes comme des embarcations de plusieurs tonnes !

Chien de détection de drogues

Dans les douanes, les aéroports ou lors de perquisitions, l'armée, les services de police et de gendarmerie utilisent des chiens, dont l'odorat est particulièrement développé, pour détecter la présence de stupéfiants dissimulés dans les vêtements, les bagages, les véhicules ou les appartements. Dressé à reconnaître différents types de stupéfiants, le chien de détection de drogue en signale la présence en s'immobilisant devant l'objet ou l'emplacement suspect. Contrairement à une idée reçue, les chiens de détection de stupéfiants ne sont pas 'drogués' lors de leur apprentissage. La méthode de dressage consiste à faire sentir au chien un morceau de tissu imprégné d'un produit de synthèse imitant une certaines catégorie de drogue, puis à le dissimuler dans un flacon. Ce flacon est ensuite aligné au milieu d'autres flacons contenant d'autres effluves. Le chien les renifle un par un : lorsqu'il se couche devant le bon flacon, son moniteur lui présente une récompense (balle, jouet). La détection de stupéfiants n'exige aucune aptitude physique particulière, si ce n'est un bon flair, ce que la plupart des chiens possèdent. Si les bergers allemands et les labradors ont longtemps squatté le terrain, toutes les races sont aujourd'hui représentées dans la profession, du malinois au caniche en passant par les chiens sans-papiers.

Chien de détection d'explosifs

La détection d'explosifs est un art délicat. Le chien chargé de cette mission doit non seulement avoir un bon flair mais encore un tempérament calme et proche du maître. Par nature, les explosifs sont dangereux. Pour la sécurité des personnes environnantes et du chien lui-même, ce dernier ne doit en aucun cas faire preuve d'agitation ou prendre des initiatives. Il est hors de question, lorsque ce dernier détecte la présence de matériaux explosifs (poudre, plastique, nitroglycérine), qu'il signale sa découverte en grattant l'objet incriminé ou en aboyant bruyamment. Pour cette raison, le maître est toujours aux côtés de son chien, qu'il tient en laisse et ne laisse pas travailler seul. Cet exercice demande une réelle complicité entre le conducteur et son chien : comme l'animal n'a aucun moyen de manifester lorsqu'il détecte la présence de matières dangereuses, le maître doit être capable de deviner la situation par la simple observation de son équipier à quatre pattes (on appelle ça 'lire' son chien) : fixité et direction du regard, position des oreilles, de la tête, du fouet... Si le berger allemand reste le chien le plus employé dans ce domaine pour son caractère réfléchi et proche de l'homme, le labrador et même le malinois, malgré son tempérament fougueux, sont également utilisés avec succès. 

Chien de déminage

A la différence du chien d'explosifs, qui cherche 'tout azimut' la présence de diverses bases chimiques pouvant entrer dans la composition des explosifs, le chien démineur est utilisé par les militaires pour signaler la présence de mines anti-personnelles, soit en s'asseyant devant, soit en s'en éloignant, ce qui permet aux soldats de marcher dans ses traces en toute sécurité. Le chien démineur, tenu en longe, progresse toujours en ligne droite devant son maître ou parallèlement à lui si ce dernier est par exemple sur une route et veut faire inspecter un terrain en bordure à son animal. Les chiens utilisés sont majoritairement des bergers allemands.

Chien de détection de produits incendiaires

Certains pays, comme les USA ou l'Angleterre, utilisent des chiens pour assister la police ou les sapeurs pompiers dans la résolution des affaires d'incendies criminel. Ces chiens, en majorité des bergers allemands et des labradors, sont capables de détecter 0,1 microlitre d'essence sur les lieux d'un incendie ! Titulaires d'un brevet propres aux pays utilisateurs, ces animaux sont formés à détecter non seulement les différents types d'essence, mais encore les starters pour feux de cheminée ou de barbecue, l'acétone, l'alcool à brûler, alcool médical, le liquide de freins, les dissolvants, la térébenthine et la naphtaline.

Chiens de sécurité

 

entraînement chien de sécurité (photo reproduite avec l'aimable autorisation d'Eurocyno)                                                                                          

Le rôle de gardien de l'ordre est celui qu'on attribue le plus souvent au chien. C'est aussi sa plus ancienne fonction, puisque c'est par là qu'a commencé sa domestication douze mille ans plus tôt. L'armée, la police, les agences de sécurité privée, les patrons de commerce et les particuliers utilisent aujourd'hui les remarquables capacités athlétiques et psychomotrices du chien pour la défense des biens et des personnes. Les unités d'élite du GIGN et du RAID emploient par exemple de véritables chiens d'assaut lors de prises d'otages ou d'attentats terroristes. Attaques surprises lancées d'un hélicoptère à basse altitude ou à travers les vitres d'une voiture en stationnement, garde de sites stratégiques, patrouille dans les lieux publics (gare, aéroport, métro) ou lors de grands rassemblements de foules (sommet du G9, journées mondiales de la jeunesse, manifestations etc.), protection de leur conducteur dans l'exercice de leurs fonctions, neutralisation de fuyards (attaques muselées), les chiens d'intervention militaire ou policière sont partout où des vies humaines sont en jeu. Les agences de sécurité privée, quant à elle, emploient essentiellement des maîtres-chiens dans le cadre de missions de surveillance (concerts, grandes surfaces, parkings, villas etc.). Les particuliers ou les patrons de commerces utilisent surtout le chien pour des missions de gardiennage (garde de la maison ou du magasin en l'absence du maître ou de la famille), au cours desquelles l'animal joue avant tout un rôle dissuasif. Les forces armées gouvernementales utilisent majoritairement des bergers belges malinois, appréciés pour leur exceptionnelles facultés d'apprentissage, leur rapidité et leur puissance dans l'action, mais emploient encore beaucoup de bergers allemands. Les autres races du groupe des chiens de berger ou des chiens de garde et de défense sont représentées à très petite échelle. La sécurité privée, quant à elle, montre une nette prédilection pour trois races : le rottweiler, le malinois et le berger allemand. Parmi les autres races utilisées, le beauceron est le mieux représenté. Pour le particulier, qui cherche bien souvent un chien de famille en plus d'un protecteur de ses biens et de sa personne, le choix est beaucoup plus étendu : toutes les races des deux groupes (chiens de berger, chien de garde et de défense) sont représentées, avec une prédominance des races utilisées en sécurité privée, puis tout de suite derrière des chiens comme le boxer, le berger belge groenendael ou le doberman. 

tentative d'effraction d'un véhicule (photo reproduite avec l'aimable autorisation d'Eurocyno)

Chien de troupeau

Free Image Hosting at www.ImageShack.us      croisé chien de berger belge groenendael

Si vous fréquentez les Alpes françaises pendant vos vacances d'été, vous ne manquerez pas de tomber un jour ou l'autre sur une démonstration de chiens de troupeau. Ces démonstrations sont très spectaculaires. Leur but est de faire découvrir au grand public l'extraordinaire habileté des chiens de troupeau et la complexité du lien qui les unit au berger. Les exercices effectués lors de ces parades relèvent parfois de la prouesse technique mais ils reflètent néanmoins parfaitement le quotidien des chiens de troupeau. Bien sûr, il y a une part d'instinct dans le comportement 'rassembleur' des chiens de berger, mais cet instinct n'est rien sans un dressage subtil. le chien doit apprendre à distinguer sa droite de sa gauche, s'immobiliser devant une brebis, séparer ou rassembler un troupeau, isoler un individu du troupeau sans disperser le reste de ce dernier et tout cela sur commandement de son maître, commandement souvent matérialisé par un simple mouvement des doigts ou des yeux. Mais si le chien de troupeau doit être attentif à son maître, il doit aussi savoir faire preuve d'initiative : aller chercher une brebis égarée, anticiper les obstacles pour amener le troupeau d'un point à un autre, seul un chien doué d'une réelle intelligence est capable d'assumer pleinement ces fonctions. Pour la conduite des troupeaux français, le border collie est le chien roi. Tout de suite derrière lui viennent le beauceron, le groenendael, le labrit et les croisements dérivés de ces trois races, les autres races de berger et leurs avatars se partageant le reste du cheptel européen. Pour la garde et la défense du troupeau, notamment contre le loup, l'ours et les chiens errants, le Montagne des Pyrénées, ou Patou, est le chien le plus utilisé en France. Nos voisins italiens utilisent plus volontiers une race autochtone appelée Berger de la Maremme et des Abruzzes. En Europe orientale, ce sont des races locales de mâtins ou de chien de montagne, comme le Kuvasz ou Berger des Tatras, le Mâtin espagnol, le Berger d'Anatolie, le Charplanina (aussi appelé Sarplaninac) ou le Berger du Caucase (Ovtcharka), qui assurent cette fonction.

Chien de chasse

Il existe cinq grandes catégories de chien de chasse : les terriers (Irish, Fox, Border, Jagdterrier etc.), petits chiens pugnaces dont la fonction, comme leur nom l'indique, est d'aller dénicher sous terre renards, lapins, hermines et autres mustélidés; les teckels (ou bassets allemands), capables d'endosser à la fois le rôle de chien de terrier et de chien de traque du gibier blessé (chien courant); les chiens courants de petite et grande taille (Fox-Hound, Français, Basset Hound, Beagle etc.), utilisés pour la chasse à courre (équipage formé d'une meute de chiens et de cavaliers qui traque le gros gibier, comme le cerf, le renard ou le loup dans certains pays) et la traque du gibier blessé (sanglier, lièvre, chevreuil); les chiens d'arrêt (Barbet, Braques, Epagneuls etc.), dont la fonction est d'indiquer la présence du gibier (à poils ou à plumes selon leur spécialité) à leur maître, en se mettant 'en arrêt' devant le bosquet où la proie se dissimule; et enfin les chiens britanniques, de type retriever (Labrador, Chesapeake Bay, Golden, Flat-Coated etc.), spaniel (English et American Cocker, Springer, Welsh Springer etc.) ou setter (anglais, gordon, irlandais), qui sont d'excellents rapporteurs, majoritairement spécialisés dans le gibier d'eau. Les lévriers, chiens de chasse au lapin et au lièvre par excellence en Grande-Bretagne, ne sont plus utilisés comme chien de chasse en France depuis l'interdiction de la chasse au lièvre à la course. Les seuls lièvres que poursuivent désormais ces magnifiques animaux sont les leurres automatisés qui bordent les cynodromes (courses de lévriers). Le Dogue d'Argentine, utilisé comme chien de garde et de compagnie sous nos latitudes, a au départ été créé pour la chasse au gros gibier dans la Pampa argentine. Dans son pays d'origine, il est prioritairement élevé et employé pour la chasse au puma et au sanglier, animaux qu'il n'hésite pas à combattre le cas échéant.

Chiens de traîneau

Détrônés par les scooters des neiges, les chiens de traîneau restent malgré tout encore utilisés par les Esquimaux du Groenland et de l'Alaska dans certains de leurs déplacements. Le Groenlandais, le Samoyède, l'Alaskan Malamute, le Siberian Husky (de l'indien Uyskymowak, Mangeur de viande crue) et les croisements de ces races ont en commun un poil épais imperméable au froid et une résistance physique au-delà de la moyenne. Sous nos latitudes, ces animaux n'ont l'occasion d'exercer leurs aptitudes ataviques à la traction que lors de courses sportives de chiens de traîneaux ou de compétitions de skijoring (skieur tracté par son chien).

Chien truffier

Le vocable 'truffe' ne désigne pas seulement le nez du chien, mais aussi un champignon délicat et recherché dont la rareté le place parmi les produits les plus chers du marché ! Les chiens truffiers sont spécialement dressés à localiser l'emplacement des truffes, qui poussent sous la terre. Si le porc, parfois utilisé à la place du chien, a naturellement tendance à rechercher les truffes et a un odorat tout aussi fin que celui du meilleur ami de l'homme, il a tout de même le défaut de dévorer sa trouvaille si son propriétaire manque de réactivité ! Un chien truffier bien dressé, à l'inverse, localise la truffe, gratte la terre pour signaler sa découverte mais ne dévore pas la précieuse moisissure ! Etant donné la valeur de la truffe sur le marché, les producteurs de truffes couvent leur chien comme un trésor. Lors de reportages télévisés, ils interdisent souvent qu'on filme leur animal, de peur qu'un concurrent jaloux ne le leur vole ! Il n'existe pas de race particulière de chien truffier. La plupart du temps, les animaux utilisés sont des ratiers ou de petits chiens de chasse dociles et à l'odorat développé. Il existe en France des championnats de cavage (recherche de truffes) organisés par et pour des passionnés, fiers de faire admirer le talent de leurs chiens.

Chien guide d'aveugle

Le premier chien guide d'aveugle en France fut remis à son maître non voyant il y a un peu plus de 50 ans. Un futur chien guide passe la première année de sa vie dans une famille d'accueil, avec laquelle il apprendra la propreté, la sociabilité et l'éducation de base (assis, au pied, pas bougé). La formation d'un chien guide d'aveugle en école prend ensuite 3 à 4 mois, avec des immersions régulières en milieu urbain. Le chien guide, dont la présence est autorisée dans les transports en commun, les commerces et les administrations, permet aux non voyants de retrouver jusqu'à 80% de leur autonomie. Indiquant à son conducteur les obstacles, les feux rouges, les bordures de trottoir ou les marches, il lui permet ainsi d'évoluer dans la jungle urbaine sans l'aide d'une tierce personne. Si le Berger Allemand a longtemps eu le monopole dans ce domaine, on lui a peu à peu préféré le Labrador et le Golden Retriever, jugés plus doux, plus faciles à maîtriser et moins facilement distraits par leurs congénères. Les écoles de chiens guide en France sont fédérées par la FFAC (Fédération Française des Associations de Chien Guide d'Aveugle).

Chien pour sourds et malentendants

Plus confidentielle, la population des chiens pour sourds rend pourtant de grands services aux malentendants. De même que les chiens d'aveugle sont les yeux des non voyants, les chiens pour sourds sont les oreilles des malentendants : ils viennent chercher leur maître lorsqu'on frappe à la porte, leur apporte le téléphone quand celui-ci se met à sonner ou les conduisent vers l'origine de tout bruit familier (le 'ding' du four à micro-ondes, la sonnerie du réveil ou la télévision qu'on a oublié d'éteindre).

Chien d'assistance aux handicapés

Les chiens d'assistance aux handicapés accompagnent les personnes à mobilité réduite (fauteuil roulant). Equipés de sacoches dans lesquelles ils peuvent transporter un certain nombre d'objets utiles à leur maître, ils sont également formés à lui porter secours et assistance dans toutes les circonstances de la vie quotidienne : prendre un objet sur une étagère, ouvrir et refermer des portes, apporter une télécommande, allumer et éteindre des lampes et même aider la personne à regagner son fauteuil en cas de chute. Ces chiens coûtent très chers car leur dressage nécessite beaucoup de temps, de compétences et de matériel. Il en existe donc très peu en France, prioritairement offerts à des enfants ou de jeunes adultes. Les races utilisées sont le Labrador et le Golden Retriever.

Chien comme aide au développement émotionnel

Des recherches ont démontré que le contact avec un animal domestique améliorait considérablement le développement émotionnel des enfants autistes. Si Outre-Atlantique on a compris depuis de nombreuses années déjà l'intérêt de ce que l'on nomme la 'zoothérapie', les programmes développés en France dans ce domaine n'en sont encore qu'à leurs balbutiements. L'Institut Français de Zoothérapie n'a en effet vu le jour qu'en 2003 et ce n'est qu'en 2006 qu'un agrément de zoothérapeute sera mis en place pour les associations ou entreprises ayant suivi leurs formations.

Chien comme aide au maintien de l'affectivité et du lien social

Depuis de nombreuses années, certaines maisons de retraite acceptent d'accueillir leurs pensionnaires avec leurs animaux. En effet, les responsables et les médecins ont constaté que la présence d'un animal familier, et en particulier d'un chien, qui sollicite le contact, contribuait de manière significative à la diminution des phénomènes dépressifs chez les résidents. Le fait de caresser un chien permet en effet de stimuler les sens, mais le chien apporte surtout un réconfort affectif et est source de conversations avec le personnel et les autres résidents. Ainsi, la personne âgée sort de son isolement et reprend goût à la vie.

Chien d'alerte médicale

Des études sont actuellement en cours afin de déterminer dans quelle mesure le chien peut aider au diagnostic précoce de certaines maladies ou 'crises' dangereuses. Ces recherches concernent la prévention des crises d'épilepsie ou des comas diabétiques, et la détection des cellules cancereuses. Au Québec, une association met d'ores et déjà à disposition des personnes diabétiques des chiens dressés à signaler par leurs aboiements l'imminence d'une crise d'hypoglycémie. Au tout début du 21e siècle, il a été scientifiquement prouvé par l'Université Vétérinaire de Cambridge qu'un berger allemand dressé dans cet objectif était capable de détecter les cancers de la prostate en reniflant l'urine de personnes n'ayant encore manifesté aucun signe clinique de la maladie. Une université californienne travaille actuellement avec des bergers allemands et des labradors afin d'obtenir des résultats identiques avec les cancers du poumon.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site